#chloroquinepourtous 
Le droit à la santé : un droit fondamental !

Pétition en faveur d’un accès à la chloroquine pour les patients touchés par le coronavirus.

Adressé à : Olivier Véran, Ministre des Solidarités et de la Santé.

La chloroquine ou plus précisément l’hydroxychloroquine, est un sujet qui fait débat depuis que la pandémie de coronavirus a touché notre pays.

Des médecins reconnus tel que le désormais très célèbre Professeur Raoult, infectiologue et professeur de microbiologie à l’Institut hospitalo-universitaire (IHU) Méditerranée de l’hôpital de la Timone à Marseille, conseillent ce traitement pour les patients atteints.

L’étude qu’a mené le professeur Raoult tend à montrer que la chloroquine, même si elle ne soignait pas forcément les malades, pouvait au moins éviter que la maladie s’aggrave.

Pourtant, le gouvernement s’entête à restreindre son utilisation.

Classée substance vénéneuse courant janvier par Mme Agnès Buzyn qui était encore ministre de la santé à l’époque, l’utilisation de la chloroquine est donc encadrée.

Le cadre de son utilisation a fait l’objet d’un nouveau décret le 25 mars 2020.

Suite aux annonces du professeur Raoult et à l’engouement que cela a provoqué au sein de la population française, on pourrait croire que le décret autoriserait une utilisation plus large de la chloroquine, initialement réservée à certaines pathologies telles que le lupus ou la polyarthrite, mais il n’en est rien…

Le décret vient seulement renforcer les restrictions déjà appliquées et préciser les modalités très strictes de son utilisation !

La chloroquine ne peut être prescrites que dans deux cas :

  • Par un spécialiste dans le cadre de son AMM (autorisation de mise sur le marché) c’est à dire pour quelques pathologies bien précises comme la polyarthrite ou le lupus.
  • A l’hôpital pour des patients gravement atteints par le coronavirus.

Qu’en est-il alors de nos médecins généralistes qui sont en première ligne ?!

Pourquoi n’auraient-ils pas le droit d’en prescrire dès lors qu’ils constatent l’apparition des premiers symptômes du coronavirus chez leurs patients ?!

Les explications que l’on nous donne ainsi que les consignes quant à l’utilisation de ce médicament ne tiennent pas la route.

Le professeur Raoult, ainsi que la communauté de médecins qui sont d’accord avec lui, disent ne pas être certains de son efficacité à un stade avancé de la maladie, ce qui veut dire qu’en le donnant à des personnes gravement malades, on amoindrit le stock sans aucun effet garanti.

Le manque de sujets dans l’essai clinique est reproché au professeur Raoult et il le reconnaît volontiers.

Cependant, en temps de crise, nous ne pouvons bien évidemment pas agir comme à l’accoutumée, pour la simple et bonne raison que nous n’avons pas le temps !

Le coronavirus se propage et il faut agir vite. La chloroquine possède des effets secondaires, mais c’est le cas de tous les médicaments.

Un médecin généraliste pourrait mesurer le risque pour chaque patient avant de leur en prescrire, et n’en prescrire qu’à ceux chez qui les risques sont minimes.

Leur retirer ce droit revient à ne pas leur faire confiance, à envoyer un grand nombre de malades vers un développement grave voire tragique du coronavirus dans leur organisme, à surcharger les urgences et à déployer des moyens tant humains que financiers qui pourraient être épargnés.

Le gouvernement manque de transparence !

Comme bien souvent et particulièrement en temps de crise, le gouvernement n’est pas entièrement transparent. Des enjeux discutables se cachent sous cette (mauvaise) gestion.

La question n’est pas tant de savoir lesquels que de les écarter afin de donner un accès plus simplifié à la chloroquine.

Mobilisons nous pour le faire comprendre à nos dirigeants, signons cette pétition !


Auteur : Julien T.

<% $t("Number of signatures:") %>

<% $t("Hour") %> <% $t("Postal Code") %> Nom
<% signature.lapse %> <% signature.details.postalCode %> <% signature.details.name %> <%signature.details.surname %>

Commentaires (2356)